• OUCHENE

    Article écrit par André FROMENT

    Comme dans tous les quartiers des villes ou villages, il y a des faits, des gens qui sortent un peu ou beaucoup du commun.Comme cette petite Histoire.

    A La Sénia, nous avions un ouvrier musulman, je ne me souviens plus s'il était agricole ou d'une usine.

    Le fait est que ce brave ouvrier nommé " OUCHENE " venait au village et se faisait offrir des pots, des bières mais surtout du rosé.

    Quand il avait bien bu, ce brave OUCHENE criait à tue-tête :

    "Moi OUCHENE,caporal de l'armée Française, j'ai fait la guerre de 39/45, j'ai fait la bataille de Monté Cassino, campagne d'Italie jusqu'à Strasbourg "

    C'était une vérité vrai comme le disait chez nous.

    Naturellement les bidasses l'invitaient, faisant avec lui le tour des bars du village et en fin de soirée il repartait tant bien que mal chez lui, bien souvent raccompagné par une personne du village, voire par des soldats de la BA 141.

    Et voilà l'indépendance.....Un jour de juillet, peut être le 14, notre ami OUCHENE se pointe gentiment, et comme à son habitude déclame sa litanie, Mais il a oublié une chose, c'est que malheureusement ce n'est plus la France et que l'armée ne fait plus rien.

    Et arrive ce qui devait arriver: la milice du FLN l'intercepte devant le bar Richelieu et commence à lui administrer une raclée à coup de matraques, à coup de pieds; Tout autour il y a du monde qui regarde mais personne ne bouge.

    Ma mère, qui était à ce moment au bar de nos amis, se précipite dehors et intervient en se mettant entre le pauvre Ouchène et ses agresseurs; Elle parvint à faire arrêter les coups( que d'ailleurs elle a failli recevoir).La milice , étonnée de l'action de ma mère, peste contre le comportement et les paroles d'Ouchène, mais ne peut l'emmener, car d'après ma mère il faut le soigner à l'hôpital.

    Sans cette intervention, Ouchène, brave soldat de l'armée Française, serait mort sous les coups et dans l'indifférence Générale.

    En visite à La Sénia en 1983, j'ai appris que notre brave Ouchène avait été écrasé par une voiture en 1965

    André FROMENT

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • Par son Fils André

    Mon père, militaire de carrière dans l'armée de l'air, finit son activité sur la Base aérienne d' OUJDA en 1957.

    Mais auparavant, affecté à la BA 141 d'ORAN LA SENIA, il avait été décoré de la légion d'honneur par le Général JOUHAUD.

    Il en était très fier

    FROMENT Alexandre

    FROMENT Alexandre

     

    Puis au cours de sa retraite il se retira à La Sénia ou sa femme, mon frère et moi étions restés.

    et cela au sein de la famille ABADIE RODRIGUEZ du Bar RICHELIEU.

    A la demande de certains colistiers, il accepta de se présenter sur la liste de Mr CHEZE.

    Ils furent élus au premier tour.

    Il reçut plusieurs délégations comme adjoint de la police ( nos cinq gardes champêtres) et aussi la tenue de l'état civil.

    Il procédait ainsi aux mariages.

    FROMENT Alexandre

    FROMENT Alexandre

     

    Mr FROMENT et à Droite Louisette PEREZ

    FROMENT Alexandre

     

    Tout allait pour le mieux, et juste après arriva notre malheur:

    L'indépendance de l'Algérie.

    Normalement , il n'aurait pas dû continuer à célébrer  les mariages, le drapeau FLN flottant sur la mairie. Mais comme beaucoup de couples vinrent lui demander de les marier "ce qui était impossible en l'état" il prit la décision d'unir ceux qui le souhaitaient au nom de la République Française

    Les bans officiels de onze jours ne pouvaient être honorés, vu l'urgence.

    Il portait toujours son écharpe tricolore. Il fit des heureux....Combien ? Je l'ignore

    Si ces gens se sont mariés à l'église ? Je l'ignore.

    Les raisons qui poussaient ces jeunes ou moins jeunes à s'unir en Algérie:

    c'était leur dernier voeu, garder ce souvenir impérissable dans leur pays.

    Voilà ce que je voulais vous dire: il n'y a pas que "d'illustre personnages "qui ont façonné notre histoire.

    Mon père est décédé en 1984. Il repose au cimetière d' ESSEY LES NANCY, aux cotés de sa mère.

    Il était ancien combattant, médaillé militaire,Croix de reconnaissance de la nation, commémorative AFN et chevalier de la légion d'honneur.

    FROMENT Alexandre

    Mon père au Douar d'AIN BEIDA remettant des clés de logements sociaux aux bénéficiaires.

    Derrière René AYALA secrétaire de mairie

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires