•  

     

     

     

    Recueillement au "MUR DES DISPARUS"

    </

    LES MEXICAINS SENIALAIS

    Yahoo!

    11 commentaires
  •  

     

    Ces mexicains  Sénialais

    Un peu rongés par l’alcool,
    Deux apéros dans le nez,
     Se déguisent , se déguisent,…. Se déguisent et font les guignols 

                à la fin   (zé font les guignols  Ai  Ai)


    Dans cette ville du midi, pleine de soleil
    On s’ retrouve aujourd’hui, c’est une vraie merveille.
    Malgré tous les problèmes, on a pu rev’nir,
    Chaque jour, chaque nuit, chaque semaine, on a craint le pire.
    Pouvoir être hébergés, c’a été un sacré travail
    Mais on a fini par trouver. On y est pour un bail !

    Pour pendre la crémaillère, il fallait trouver
    Ces porte-serpillère qui veuillent dessaouler.
    Y’avait que des paumés tout autour de moi,
    Qui n’ont pas les moyens de bouffer tous les jours du mois.
    C’est pourquoi j’ai proposé à tous ces soulards, ces cossards,
    De venir dormir, pour un bon…, un très bon pourboire.

    [Refrain]

    Voici venir Cristobal, qui se désaltère
    C’est vrai que ce pauvre avale, beaucoup de poussière.
    Il a, comme ses copains, un sacré pouvoir d’absorption :
    La téquila, la bière leur tiennent lieu, d’alimentation.
    Ils ont sur’ment les gosiers qui ressemblent à des braséross
    Et pour calmer l’ feu, y a pas mieux, ils fument des purross.

    On voit partout ces fadas, sillonnant les rues,
    Si vous ne vous planquez pas, ils vous tombent dessus.
    Ils mendient tout le temps, sacré nom de nom,
    Ce qu'ils sont agaçants, réclamant, partout un litron.
    Bourrés avant midi, ils paraissent tout l’temps endormis
    On dirait des gens…, sapristi !  des gens de Valmy !

    [Refrain]   

    Yahoo!

    4 commentaires
  • LA CALENTICA 

    La Cucaracha

    La Calentica, la Calentica
    Y’en a que pour les Pieds-Noirs
    Pour qui ne connait, pour qui ne sait pas
    Ça se vend sur le trottoir.

    La Calentica, la Calentica
    C’est exclusiv’ment Pied-Noir.
    Ce mets raffiné, fin et délicat,
    Ça se mange sur un pap’lard.

    On cherchait après la classe,
    Sa chéchia et sa barbiche,
    Et sa poussette toutE grasse,
    Fumante d’odeur de pois-chiches. 

    Ça nous coute cinq centimes,
    On ne les a pas toujours,
    Mais pour ce gâteau sublime,
    On les trouve en deux, trois jours.

    La Calentica, la Calentica
    Y’en a que pour les Pieds-Noirs
    Pour qui ne connait, pour qui ne sait pas
    Ça se vend sur le trottoir.

    La Calentica, la Calentica
    C’est exclusiv’ment Pied-Noir.
    Ce mets raffiné, fin et délicat,
    Ça se mange sur un pap’lard.

    Tout’ dorée sur sa tôle noire,
    Elle s’offre à notr’ convoitise.
    Et c’est toujours une victoire
    D’avoir le morceau qu’on vise.

    Pour une part pas assez grosse,
    On engueule le vieil arabe !
    Son gâteau, pour nous, sales gosses,
    Il demeure incomparable.

    La Calentica, la Calentica
    Y’en a que pour les Pieds-Noirs
    Au p’tit déjeuner, à tous les repas,
    Même dans la poche du peignoir !

    La Calentica, la Calentica
    C’est exclusiv’ment Pied-Noir.
    C’est même Oranais, ou de La Sénia !
    Comme disait l’autre : « Vas sa’oir 
    ! » 

     

    Sylvain Frances (2018)

    Yahoo!

    2 commentaires